..

de   fr

 


 

 

Morrnah Simeona

  Introduction – voir sommaire

 


 

Brève biographie

        Morrnah Nalamaku Simeona était d'abord une guérisseuse, elle pratiqua les massages Lomi Lomi Nui. Durant 10 ans elle dirigea son cabinet au Kahala Hilton et au Royal Hawaiian Hotel (réf.: "Morrnah Simeona, Kahuma Lapa'au", Honolulu Advertiser, Page c4, 17 février 1992). Elle fut honorée du titre „Living Treasure of Hawaii), Trésor vivant d'Hawaii par la Honpa Hongwanji Mission d'Hawaii.

        A Hawaii, Morrnah fut appelée grande tante par beaucoup, surtout chez les autochtones, ce qui prouve sa grande popularité. Expression utilisée dans la parenté mais aussi comme témoignage de considération, comme par ex.: Haleaka Iolani et Iolani Pule Dooley, décédée en 2013 qui à côté de Morrnah nommaient également Mary Kawena Pukiu et Iolani Luahine leurs grandes-tantes, n'étant pas pour autant leurs nièces comme le prétendent certains se référant à Morrnah.

        Ce n'est pas Kawena qui a enseigné le Ho'oponopono à Morrnah. Kawena était une érudite, professeur de culture hawaiienne à l'université qui a défini Ho'oponopono dans son dictionnaire. Morrnah était encore toute petite lorsque sa mère lui enseigna le Ho'oponopono traditionnel, la version universelle moderne actuelle provient exclusivement de Morrnah elle-même.


Ho'oponopono moderne actuel

Article principal  voir ici

        Elle donna des conférérences et en 1983 des stages sur son Ho'oponopono aux Nations Unies (Réf.: Chai Makana Risser, Na Mo'olelo Lomilomi: The Traditions of Hawaiian Massage & Healing, page 47, Bishop Museum Press 2005, ISBN 978-1581 78046-8) ainsi que dans une douzaine d'Etats aux USA et dans plus de 14 pays y compris l'Allemagne, la France, l'Italie, le Danemark, la Pologne, les Bay-Bas, la Russie, la Suisse (Réf.: US senator Daniel Akaka, in Memory of Morrnah Nalamaku Simeona, Congressional Record, Proceedings and Debates of the 102d Congress Second Session, Vol. 138, n° 43 du 25 mars 1992). Des conférences et stages furent également donnés dans des écoles supérieures, des universités, des hôpitaux, dans des institutions religieuses et sociétés commerciales.

        Un reporter fit la remarque: Rien que par la présence de Mme Simeona il reigna quelque chose de très détendu, de rassurant et lorsqu'elle expliqua à l'assemblée de quelle façon elle pouvait se libérer du stress et gagner la paix intérieure, un sérieux naturel vibrait dans sa voix.

        Pour rendre public son ho'oponopono, elle créa au milieu des années 1970 son premier „Pacifica Seminars“, en 1980 The Foundation of I, Inc (Freedom of the Cosmos), changea en 1986 Pacifica Seminars Honolulu des années 70 en une société et fonda en septembre 1990 son troisème Pacifica Seminars Allemagne.

        Morrnah Simeona écrivit: Self Identiy through ho'oponopono Basic I (128 pages), Basic 2 et 3. En 1990 la version en anglais (l'originale en hawaiien a été perdue) de Basic I II et III a été traduite officiellement en allemand par Michael Micklei et en français par Yvette Mauri. Impression en version cartonnée (Réf.: Selbst-Identität durch Ho'oponopono, 128 pages, Pacifica Seminars 1990 et L'Identité de Soi-Même par Ho'oponopono 128 pages, Pacifica Seminars 1990).

Aujourd'hui (2018) ces versions sont comprises dans les livres „Die Krönung des Bewußtseins“ et dans „Le couronnement de la conscience“. Livres disponibles chez Pacifica Seminars.

 Pacifica Seminars Allemagne organisa de septembre à la mi-décembre 1990 le dernier voyage de Morrnah avec conférences et stages en Europe en passant par l'Egypte, Israel puis donnant son dernier séminaire à Athènes pour retourner à Munich le 12 décembre 1990.

        Le 16 janvier 1991, elle revint en Allemagne à Kirchheim/Munich òu elle habitat avec Yvette Mauri et Michael Micklei, c'est chez eux qu'elle décéda le 12 février 1992. http.//de.wikipedia.org wiki/Morrnah_Simeona


A Kirchheim/Munich

Du 16 janvier 1991 au 11.2.1992, date de son décès, Morrnah vécut à Kirchheim chez Michael Micklei et Yvette.

       Ce fut une année durant laquelle aucun stage, aucune conférence étaient prévus. Nous avont fais au moins 50.000 km avec elle. Du lac Spitzing jusqu'aux châteaux de Neuschwanstein en Basse-Bavière et dans une partie du Haut-Palatina. Dans tous ces lieux Morrnah apporta ses vibrations. Dans les paysages, les maisons, les routes, les lacs, fleuves et montagnes. Rien ne put l'arrêter, par n'importe quel temps, le froid, la neige, la chaleur, à pied ou en voiture pour purifier cette région. „look at“ dit-elle un jour, "là le mammouth, comme il balance son corps“. Puis il disparut, son errance fut terminée, il était libéré
 

La statue de la Libération

        Le modèle en plâtre se trouve maintenant au Capitol Visitor Center. Le 25 mars 1992, le sénateur Daniel Akaka d'Hawaii fit l'éloge de Morrnah Simeona, il fut imprimé au Congressional Record sous la rubrique nécrologique. Il a mentionné qu'elle a suggéré la remise en état du modèle en plâtre de la Statue de la Dame de la Libération (ne pas confondre avec la Dame de la Liberté du port de New York City).

        Après avoir collecté et fait un don de 25.000 US dollars, le plâtre en plusieurs morceaux de la statue qui était en mauvais état, fut sortit de son dépôt, et fut remis dans son état original. D'abord début 1993 à la place d'honneur au Russel Senate Office Building et enfin au Capitol Visitor Center qui, comme l'a fait remarquer le Sénateur Akaka, est là en mémoire de Morrnah Simeona. Photo „Morrnah Simeona“ sous https://de.wikipedia.org

 

Galerie de photos


COMMUNICATION

Accueil  leçon gratuite

Ho'oponopono-Blog-Forum

Ho'oponopono-formation
et séminaires

Contact

Ho'oponopono en médias sociaux:  

.
 


HO'OPONOPONO

Le plus important en un coup d'oeil

Morrnah Simeona

Ho'oponopono cours à domicile

Ho'oponopono témoignages

Ho'oponopono
à l'Hôpital d'Etat de Hawaii



 


PAS HO'OPONOPONO

Sommaire-B

Erreurs sur ho'oponopono

Morrnah Simeona – Hew Len

Zéro Limites et successeurs

 

(Un article après l'autre sera activé les prochains jours
 

 



site (mise en forme, textes, photos) copyright: Michael Micklei, 2011-2017  -  actualisé 22.4.2017